Ma bibliothèque dans ma poche

Après plus d’un an d’existence aux Etats-Unis et au Japon, Sony lance enfin son eBook en Europe.

Qu’est-ce que le eBook? Un livre électronique dans lequel vous pourrez charger tout plein de livres (gratuits ou payants) que vous lirez dans le métro, le train, sur un banc public ou encore dans la salle d’attente chez le dentiste…

Jusque là rien de révolutionnaire me direz vous! Le concept existe depuis des années et n’a jamais vraiment trouvé de public.

Certes mais voilà que Sony sort une nouvelle version de son eBook avec une autonomie record et un espace de stockage doublé (vous pourrez y stocker 160 livres), et des qualités d’affichage excellentes qui donnent un rendu proche d’un vrai livre papier.

image image

Vendu 300$ aux USA il devrait être un peu plus cher en Europe, de quoi décourager les clients, mais n’oublions pas que le catalogue en ligne propose des tas de livres gratuits. En quelques clics votre appareil sera vite rentabilisé et on annonce des tarifs 10 à 20% moins chers que les versions papier sur les livres payants.

Si vous n’êtes pas décidé à débourser l’équivalent d’un an d’abonnement adsl pour ce petit objet pas si petit que ça, sachez que si vous êtes l’heureux détenteur d’un smartphone, d’un pda ou encore d’un iPhone ou iPod Touch, vous pouvez d’ores et déjà constituer votre bibliothèque électronique en téléchargeant vos livres préférés gratuitement. Par exemple sur le site feedbooks.com.

Sur iPod et iPhone ils vous faudra installer l’application "Stanza" (gratuite) via l’app sotre directement en wifi, ou en passant par iTunes.

Et voici le rendu:

image image
image

Bonne lecture à tous.

4 Responses to “Ma bibliothèque dans ma poche

  • Tout ça pour crâner avec son iPoud 😀

    Non c’est vrai que ça peut être très sympa. Reste plus qu’à voir si ça va enfin décoller, ce que j’ai franchement de mal à y croire. Même si Mushu nous a précisé que les éditeurs cette fois ci s’y mettaient vraiment… Je pense qu’ énormément de personnes à part les quelques technophiles/geeks préfèrent un vrai livre à un affichage électronique. C’est certain que ces affichages passifs ont fait un bond en avant en terme de définition et de facilité de lecture.

    Mais personnellement je ne pense pas que ça marchera, en tout cas pas dans cette version. Surtout que quid des DRM fournit avec les livres payant? On est dans la même galère que pour les MP3? Qui de plus en plus, sont abandonnés par les majors car inefficaces et hyper-contrainiant?

    Je vais faire un tour sur ton lien, je ne connais pas du tout, on va voir ce que ça donne! Merci!

  • J’aimerais en parallèle évoquer les avantages du numérique dans l’enseignement.

    Le collège où j’enseigne dispose de pas mal de moyens informatiques mais qui, à mon sens, ne sont pas suffisamment exploités.
    Par exemple nous disposons de vidéo-projecteurs et de tableaux numériques, mais leur utilisation reste marginale.

    Pour ma part j’ai pu obtenir la version numérique du livre d’espagnol de 3ème et je trouve que c’est super bien fait, la réplique exacte de la version papier avec des documents en plus comme des cartes géographiques et plein de documents audio (il suffit de cliquer pour écouter une chanson, un dialogue…). C’est super pratique, on a tout sous la main, pas besoin de trimbaler les bouquins et le gros lecteur CD dès qu’on veut travailler sur un doc audio.

    Voici à quoi ça ressemble:
    image

    Par ailleurs, la version numérique ne coûte que 5 euros environ (contre 16 pour la version papier). Quand on sait qu’un livre est changé en moyenne tous les 3 ans, sur le long terme les économies sont colossales.

    Dans le cadre de programmes tels que "Ordina13" dans les bouches du rhône où les élèves de collège ont tous un ordinateur portable, si toutes les matières se convertissaient au numérique, le cartable de l’élève passerait vite de 10/12 Kg à 2/3 Kg…. ça c’est pour le côté pratique de la chose.
    De plus, on ferait des économies de papier considérables, on n’aurait plus besoin de faire la moindre photocopie et on pourrait transmettre très facilement n’importe quel document aux élèves.

    Ceci, associé au principe du eBook, permettrait également d’étudier un livre sans le moindre coût. Par exemple les profs de français pourraient étudier tout Zola sans que l’élève débourse un seul centime.

    @ méditer monsieur le ministre…

  • Oula tu vas pas te faire des amis je pense :p Si Toutes les ½uvres passés dans le domaine public seraient lues à partir d’une version numérique, exit toutes les éditions papiers… Et hop plein de gens au chômage.

    C’est indéniable que le passage au numérique se fera, l’e-learning est déjà pas mal utilisé en étude supérieure, et avec les portables des collégiens/lycéens, ça risque de se démocratiser.

    Par contre au niveau du prix, je ne pense pas que ça soit rentable de passer au tout numérique. Les éditions numériques sont certes moins chères, mais il faut bien fournir des machines aux étudiants, sachant qu’un portable est amorti en deux ou trois ans, qu’il faut les changer ou les réparer assez souvent. Je pense que les coûts sont trop élevés. Il n’y a qu’à voir en entreprise, les coûts d’un parc informatique est colossal.

    Les solutions comme les notebooks apporteraient peut-être une réponse à ce problème de coût. L’OLPC en est une preuve, même si pour l’instant le projet à prit du plomb dans l’aile.

  • C’est sûr que ça reste plus cher d’acheter un ordinateur que des livres. Ce que je dis c’est qu’à partir du moment où on donne des ordis aux collégiens autant abandonner la version papier des manuels scolaires… car pour l’instant ils utilisent les 2, l’ordinateur est venu s’ajouter aux manuels papier au lieu de les remplacer. Et quand on sait qu’en plus dans certains établissements chaque élève a deux exemplaires de chaque livre (un à la maison, un au collège)… c’est très bien pour soulager le dos des gamins mais ça fait quand même un sacré gaspillage de papier.

Commentaires