Votre avis sur 15 films: Almodovar

Né dans une bourgade de la Manche, dont je tairai le nom, Pedro Almodovar est le cinéaste espagnol le plus connu et apprécié dans le monde. Son style parfois dérangeant, à coup sûr marquant, ne laisse personne indifférent. Entre la dépravation de ses premiers longs-métrages et la sensibilité des derniers opus, Almodovar n’a cessé de surprendre de par son incroyable créativité et son culot typiquement espagnol.
Les thèmes abordés dans ses films sont toujours en rapport avec cette période clé de la vie madrilène qu’est la Movida. Les années 70-80, années folles de la culture ibérique, ont été une explosion de créativité jamais observée ailleurs dans le monde. L’Espagne, libérée du franquisme s’est vue ouvrir les portes de la liberté et en a profité "a tope". Voilà l’expression phare des années Movida "vivir à tope" (vivre à fond), tel était l’état d’esprit de ce peuple si longtemps réprimé par la dictature.
Ainsi, l’alcool, la drogue, le sexe, sont les thèmes les plus développés dans la filmographie d’Almodovar. Génériques toujours très "Andy Warhol", et décors kitsh à chaque fois !

1980 "Pepi Luci Bom et autres filles du quartier" a pour thème principal la drogue.

1982 "Labyrinthe des passions" fait l’apologie de la liberté sexuelle.

1983 "Dans les Ténèbres" aborde la religion dans l’Espagne très catholique où la consommation de drogue dérange et pourtant se développe.

1984 "Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça" met le doigt sur la morosité de la vie de banlieue dépourvue de folie quotidienne.

1985 "Matador" s’attaque au viol.

1986 "La loi du désir" fait un clin d’oeil au cinéma en mettant en scène un cinéaste qui perd le contrôle de lui-même.

1987 "Femmes au bord de la crise de nerfs" rend hommage à l’imagerie frivole du kitsch.

1989 "Attache-moi" aborde non seulement la violence de l’amour mais également la toxico-
dépendance.

1991 "Talons aiguilles" passe au crible les relations mère-fille sur un fond de pornographie déjantée.

1993 "Kika" met en garde contre les effets néfastes de la télévision et illustre une fois de plus l’omniprésence de sexe.

1995 "La fleur de mon secret" marque un virage dans le style du cinéaste qui tend à se diriger avec ce film vers le mélodrame.

1997 "En chair et en os" rassemble la folie des années 80 et la décadence des années 90, et, chose rare, propose une fin des plus optimistes.

1999 "Tout sur ma mère" permet à Almodovar de consolider son statut de cinéaste connu à travers le monde entier, et pour une fois, les conséquences douloureuses de la Movida sont approfondies. Au menu, sexe, drogue, dépravation…. mais avec un regard plus critique et grave.

2002 "Parle avec elle" est l’occasion d’ancrer un style entamé dans "Tout sur ma mère" et toujours sur un fond de sexe, ce sont les sentiments qui trouvent le rôle principal.

2004 "La mauvaise éducation", film à la fois dramatique et porteur d’espoir, fait un bilan de l’ensemble de la filmographie almodovarienne, en reprenant les mêmes thèmes et en accentuant la souffrance des personnages.

Carmen Maura, Cecilia Roth, Marisa Paredes, Rossy de Palma, Victoria Abril, Penelope Cruz, Antonio Banderas, Javier Camara, Fele Martinez, Gael Garcia Bernal…… autant de noms rendus célèbres par ce génie du cinéma espagnol.

3 Responses to “Votre avis sur 15 films: Almodovar

  • je crois qu’on a un fan.. il a meme mis une photo.. a non c’est son avatar…. loll

    a mon grand desespoir je n’en ai vu que tres peu.. seulement un où il etait question d’une pute…. dur de dire lequel.. je me souviens l’avoir vu en cours… hehe ouuhh c interdit, pas bien… faut denoncer mon ancienne prof.. c’etait cette s**/!;*$ ^de …

    grrrr
    mais le film etait bien, et sinon Talon Aiguille pour moi, mais dès que j’ai l’occaz de tomber sur un de ces films, promis, je m’y colle!

  • Lool j’en ai tout un lot, je te le passerai si tu veux…. enfin si la prochaine fois qu’on se croise je remarque que t’es là…. looool ! En même temps la sortie du Pub n’est pas l’endroit où ma lucidité est au mieux de sa forme ! 🙂

  • hehehe en meme temps, tu serais venu vendredi chez moi je suis pas sur que je t’aurai vu non plus… 33 personnes dans 45m²… avec des susbtances buvables, tres buvables.. hummm… on est quite! lol

    mais je suis plus que partant pour un visionnage dantesque!

Commentaires