Starbuck, Ken Scott

Sorti en DVD depuis début novembre, il était grand temps de regarder Starbuck, film que j’ai raté au cinéma cet été. Quelle idée de sortir les films pendant l’été, personne va au ciné l’été !

Et si vous appreniez du jour au lendemain que vous êtes le géniteur de 533 enfants ?

Alors Starbuck, c’est l’histoire d’un groupement d’enfants né d’un don de sperme qui souhaite forcer le donneur anonyme nommé Starbuck à se faire connaître.

Starbuck, c’est David Wosniak, quarantenaire looser à la dégaine d’adolescent attardé, livreur de viande de la boucherie familiale à Montréal. Dans sa jeunesse, il a donné son sperme à de très nombreux reprises à la Clinique La France pour gagner un peu d’argent facile. Cet anti-héros a une petit amie avec laquelle il vit une relation chaotique, elle est enceinte et se pose des questions sur la capacité de son gamin de copain à assumer ce genre de responsabilités. Serait-ce l’heure d’assumer ses responsabilités pour Starbuck ?

Ce film a l’univers presque exclusivement masculin dresse le portrait de plusieurs pères de famille aux profils très différents : le frère de David avec sa famille parfaite, l’ami-avocat complètement dépassé avec ses enfants et David qui essaie de trouver sa manière de faire dans tout ça…

Starbuck est un film très divertissant, les acteurs ont l’accent québécois et rien que ça déjà ça me fait rigoler… C’est comme l’accent belge ! Les acteurs réussissent très bien à faire passer pour Monsieur Tout le monde en étant justes. J’ai beaucoup aimé les dialogues du film et l’univers populaire de la famille est bien rendu dans les décors du film. J’ai une mention spéciale à donner aux enfants de l’ami-avocat qui m’ont fait beaucoup rigoler.

L’histoire est attendrissante tirant vers le too-much vers la fin mais c’est l’histoire qui veut ça…

Niveau scénario, l’histoire est bien tournée par contre il y a une histoire de « mafia » qui n’apporte pas grand chose à l’histoire si ce n’est d’insister sur le fait que David a besoin d’argent. Mais les venues récurrentes des hommes de main pour réclamer l’argent n’apportent rien à mes yeux au scénario.

Pour la petite histoire et parce que ça m’a fait rire, Starbuck, c’est le nom d’un taureau mythique au Canada qui a servi à inséminer de très très nombreuses vaches Holstein, c’est une référence connue là-bas et le clin d’oeil est sympa !

Un film à voir donc et à revoir à l’occasion en ce qui me concerne… Vous allez rigoler, vous allez sourire attendris et si vous êtes émotifs peut être même écraser une petite larme !

 

2 Responses to “Starbuck, Ken Scott

  • Je l’ai également vu (bizarre hein? 😉 ) et j’ai beaucoup apprécié ce film. C’est simple, c’est assez rythmé, l’humour est assez fin et non téléphoné, ce qui est dur en ce moment, hein Chabat? 😀

    Certaines scènes comme avec les enfants de l’avocat sont vraiment fun, le fils dépressif/EMO m’a fait rire aussi. Par contre contrairement à toi, l’histoire mafieuse à côté renforce je trouve son côté looser, le looser qui se fait prendre justement dans n’importe quel traquenard. J’adore justement les scènes chez lui avec la mafia…

    Un très bon film que je recommande, qui vous fait ressortir de là heureux, tout simplement.

Trackbacks & Pings

Commentaires