Skyfall: des hauts et des bas mais un final époustouflant.

Skyfall est le 23ème James Bond de la saga d’Ian Fleming, qui met en scène pour la troisième fois Daniel Craig dans le rôle du célèbre agent secret britannique. Cinquante ans après le premier long métrage, notre espion préféré est confronté à des situations bien plus noires et plus intenses qu’il ne l’a jamais été, ce n’est d’ailleurs que la seconde fois que 007 est blessé par balles (la première fois c’était dans Opération Tonnerre). Après une ouverture menée tambour battant qui laisse Bond pour mort après une chute vertigineuse, avec en fond sonore la superbe voix d’Adèle, il est clair que le réalisateur Sam Mendes va nous proposer quelque chose de plus fouillé qu’un simple film d’action…

Que les fans se rassurent : les martinis secoués (et pas remués), les gadgets de Q et les superbes James Bond Girls sont toujours de la partie. Mais pour un thriller d’espionnage mettant en scène un combat à mains nues contre un dragon de Komodo dans sa propre tanière (qui est tout à fait à sa place dans le sous-sol d’un casino), Skyfall se révèle être un film étonnamment sombre… Ce dernier volet en date est pourtant bien un petit chef d’œuvre (même si ses détracteurs se délectent de relever un certain nombre d’incohérences…), qui tente même quelques incursions dans le genre film comique ! Les scènes où Bond emballe des beautés de toutes nationalités, règle leur compte aux méchants à l’aide de ses poings uniquement sur un train lancé à pleine vitesse ou slalome à moto entre les étals de fruits peuvent passer pour du déjà vu, voire être présentes pour la forme… Mais même les spectateurs les plus endurcis ne pourront nier que le dernier acte, est prenant (évitons les spoilers pour ceux qui n’ont pas vue le film).

Au début du film, James et sa collègue Eve (Naomi Harris) traquent un assassin qui a dérobé un disque dur contenant les noms et les identités secrètes de tous les agents infiltrés dans les organisations terroristes du monde entier. Lors de sa tentative pour récupérer le précieux objet, Bond est abattu par Eve (!) : après un plongeon impressionnant dans la rivière située en contrebas, il est présumé mort. Alors que M (Judi Dench), la chef du MI6 vient juste de finir la rédaction de son oraison funèbre et part à la chasse d’un hackeur/meurtrier qui a réussi à faire exploser son QG et six de ses agents (et qui visiblement la connaît), Bond réapparaît. Mais contrairement aux films précédents, il n’est pas indemne : ni physiquement, ni moralement (il a l’air de faire un blocage sur Skyfall, qui est, on l’apprend par la suite, également le nom d’une mission…).
Déclaré « bon pour le service », Bond part pister et éliminer le meurtrier. Dans ses affaires, il met la main sur un jeton de casino, émis par le Golden Dragon Casino. Maigre piste, mais qui incite notre intrépide James à se rendre dans ce casino de Macao. Skyfall vient donc rallonger la liste des dix autres films de « Bond » mettant en scène un casino (quel flambeur, ce James, mais bon, avec son salaire, il peut se le permettre…) Pour la petite histoire, le casino du film s’est directement inspiré d’un casino flottant réel de Macao. Les décors par contre – structure, lampions, têtes de dragons – ont été recréés en studio par douze artisans venus spécialement de Chine. Le nom du casino dans le film fait évidemment référence à l’invité un peu spécial qu’il abrite dans son sous-sol. Ce type de varan (Varanus komodoensis) est une espèce géante réelle (et protégée) qui peut atteindre 3 m et 70 kg et dont la morsure est venimeuse.
Bref, Bond se présente donc la bouche en cœur à la caisse du casino en question pour encaisser son jeton de casino spécial (qui ne lui revient pas, petit rappel, et étonnament sans faire de fioriture). Il se voit alors remettre une mallette pleine d’euros (il a bien fait de ne pas perdre son temps aux machines à sous) et son cœur chavire devant Séverine (Bérénice Marlohe, superbe). Celle-ci est la maîtresse/esclave de l’ennemi invisible que Bond traque depuis le début du film. Le méchant Raoul Silva (Javier Bardem, franchement amoché et qui était pour rappel le tueur de No Country For Old Man) apparaît donc seulement au bout d’une heure de film (qui dure 2h23) et il a bien la tête de l’emploi. C’est une vengeance personnelle contre M qui le motive (je n’en dirai pas plus pour ne pas gâcher le plaisir de ceux qui n’ont pas encore vu le film…)

Mais finalement, le vrai drame de cet épisode ne se joue pas entre notre héros et le méchant (éliminé, cela va de soi), ni même d’ailleurs entre le héros et sa belle (qui finira assassinée par Raoul), mais bien entre notre héros et sa chef. M sait que le scandale du disque dur dérobé pourrait bien sonner la fin de son mandat à la tête du MI6. D’ailleurs l’entretien entre Bond et M, sur son statut de « dinosaure de la guerre froide », ressemble fort à un discours d’adieu. Effectivement, M est remplacée par Mallory (Ralph Fiennes), Eve Monneypenny (eh oui…) devient secrétaire, et Bond rempile pour sa prochaine mission…

11 Responses to “Skyfall: des hauts et des bas mais un final époustouflant.

  • Merci Alex pour ta critique exhaustive, désolé pour le délais, je n’avais pas vu ta publication! Je n’ai pas pu encore voir cet opus. Mais je ne devrais pas trop tarder à y aller.

    D’ailleurs j’ai une petite question. As-tu préféré ce volet aux deux autres avec Daniel Craig? J’avoue qu’ils ne font pas parti de mes préférés même si Casino Royal est sympa.

  • C’est effectivement mon favori. Il y avait un excellent mélange entre les éléments sombres qui caractérisent son interprétation (ainsi que d’autres titres comme les Batman qui ont perdu leur aspect comics et farfelu pour devenir des fables très noirs) et les touches d’humour réminicent du James Bond de Sean Connery. Jusque dans le design et dans le générique le mariage était très réussi avec un final qui nous renvoie effectivement aux origines de Bond. On pourrait même voir dans la scène de combat avec les varans un clin d’œil aux combats kitch contre des monstres en carton-pâte caractéristiques du cinéma de cette époque. Mais qui a mon sens ne collait pas trop à James Bond en général, et à celui-ci en particulier.

    A quelque détail près: magistral!

  • Apparemment tu es un grand fan! J’aime beaucoup la série des James Bond aussi, j’avais quand même été déçu par l’interprétation de Daniel Craig, mais vu ta critique je me dis que finalement j’accrocherai à nouveau peut être! En tout cas merci, je donnerai mon avis dès que j’aurai pu le voir!

    • Eric Mielle
      5 années ago

      Personnellement ,il n’y a pas photo,étant un grand fan des romans originels de James Bond littéraire,Craig est sans doute le meilleur interprète du personnage littéralement de Fleming,il n’y a pas tergiversé,le second est Dalton.

  • Personnellement, je ne peux pas me détacher de l’interprétation de Sean Connery.
    Difficile de séparer le personnage de sa touche d’humour, même si elle n’était pas présente à l’origine dans les romans.
    Il semblerait que 2012 soit l’année des héros brisés: Lara Croft (ne revenons pas sur la polémique, merci), voici James Bond (que l’on découvre; profondément alcoolisé, à faire à peu prés n’importe quoi dans un endroit improbable avant de reprendre du service). Daniel Craig interprète cela à merveille.

  • Skyfall : le premier James Bond que j’ai vu….
    J’avais beaucoup d’a priori sur les James Bond, je pensais que c’était des films pleins de gadgets, de filles canons toutes raides dingues de James et de combats complètements improbables tous remportés par James !
    Alors à Noël quand je me suis décidée à aller voir Skyfall au cinéma en famille, j’étais tiraillée entre la curiosité et la peur de m’ennuyer devant un film d’action un peu plat (2h30 c’est long quand même…)
    Mais il n’en a rien été… J’ai adoré cet épisode de James Bond. Je pense que j’ai eu de la chance car cet opus est un plus noir que les autres si j’ai bien compris : j’ai rencontré un James Bond en difficulté mais toujours avec beaucoup de classe, hanté par son passé essayant de s’en sortir comme il pouvait.
    Le générique du début m’a époustouflé : la chanson d’Adèle, les images… tout était magnifique. Il paraît que c’est une constante dans les James Bond mais je ne saurai vous le confirmer.
    Les images de Londres et de l’Ecosse sont super belles également. Ça donne envie d’y aller !
    Cet épisode est donc à découvrir mais j’ai maintenant un autre problème avec les James Bond, j’ai peur d’en regarder un autre et d’être complètement déçue… Je vais sûrement continuer avec ceux de Daniel Craig pour ne pas que le changement d’ambiance soit trop brutal !

  • Oui en effet parmis les interprètes des génériques de James Bond tu as Tina Turner pour Golden Eye; Grace Jones pour Dangereusement Vôtre, pour celles qui m’ont marquées! Mais entièrement d’accord avec toi: Adele est venu immédiatement prendre sa place à leur côté!

  • Pour le générique, je parlais bien sûr d’Adèle en tant qu’interprète car la chanson est très sympa et en accord avec ce film un peu noir mais je parlais aussi des images, j’ai adoré la mise en image du générique. Il était vraiment top.
    Merci pour ton article Alex, il m’a permis de me lancer dans les James Bond quand même et ça c’est pas rien…

  • Il faudra vraiment que je rattrape mon retard lorsque le film sortira en version physique.

    Par contre, même si je ne suis pas un expert en James Bond, les génériques sont toujours très léchés, mêlant des femmes dénudées, très souvent en ombres chinoises ou remplacées par des patterns ou des éléments type eau ou feu,. On y retrouve très souvent aussi des armes, ce qui est assez logique… Les génériques des James Bond font parti intégrante du film et sont tout aussi bien réalisés, c’est un peu comme les courts métrage des Pixar avant le film lui même, leur marque de fabrique.

  • Il m’aura fallu 6 mois, mais c’est fait! J’ai enfin vu Skyfall!

    Qu’en penser? J’ai trouvé le film vraiment très sympa, effectivement un peu plus sombre qu’un James Bond classique. J’ai adoré la prestation de Javier Bardem, il est limite méconnaissable tellement son personnage est grimé! Je tiens à dire que par rapport aux précédents volets avec Daniel Craig, c’est la première fois que j’apprécie cet acteur dans la peau de l’agent double zéro!

    Seul hic à Skyfall, pour moi ce n’est pas un James Bond: peu de cascades, manque de « British touch », pas de gadget, seul le choix d’une Aston Martin, et pas n’importe laquelle, m’a beaucoup plus, et m’a rappelé le personnage de Fleming que je connaissais.

    Le prochain volet sera apparemment joué par Craig et réalisé à nouveau par Sam Mendes, j’aurai peut être une autre vision de l’évolution du personnage qui est très intéressant, mais un peu trop éloignée à mon goût des adaptations cinématographiques précédentes.

Trackbacks & Pings

  • Nous avons les films que nous méritons. :

    […] que c’est le premier film en HD? Aussi loin que vont mes connaissances, non, voir skyfall par exemple.  Par contre je dois avouer que toute la première partie du Hobbit faisait vraiment […]

    5 années ago

Commentaires