Pour ceux qui aiment les éléphants palmés

“So foul and fair a day I have not seen”, cette réplique de Macbeth, utilisée dans Elephant, le dernier film palmedorisé de Gus Van Sant (réalisateur de Good Will Hunting) résume parfaitement l’atmosphère de ce long métrage, aussi magnifique que déroutant.
La recette du succès ? Elle est très simple… Pas de vrais acteurs, pas de dialogue (au sens classique du terme), pas d’effets spéciaux, et surtout, pas d’explication (seuls quelques indices sont répandus ça et là pour permettre au spectateur de se forger sa propre opinion).
De longs plans-séquences se succèdent, s’entrecroisent et conduisent tranquillement le spectateur vers le dénouement tragique. La caméra s’attache à suivre les personnages qui, sans le savoir, marchent vers la mort. Le spectateur devient le témoin des conversations ordinaires de couloir de lycée, des faits et gestes de l’adolescent lambda, des petits plaisirs qu’il éprouve et des grandes souffrances qui sont parfois les siennes…
J’ai aimé ce film parce qu’il est beau tout en étant affreux, parce qu’il est non-conformiste et malgré tout d’une simplicité déconcertante. A la tonalité élégiaque indéniable, vient s’ajouter une bande son subtilement choisie (Le Clair de Lune de Beethoven ainsi que La Lettre à Elise, entre autres) qui fait de ce film un chef d’œuvre savamment orchestré !

7 Responses to “Pour ceux qui aiment les éléphants palmés

  • Je n’ai pas grand chose à ajouter, si ce n’est que…. ce film est excellent!!! 🙂
    J’ai eu comme l’impression de voir quelques clins d’oeil de la part du réalisateur concernant la réalisation même du film, comme par exemple ces longs plans-séquences qui sont extrêmement difficiles à faire (le moindre faux pas et tout doit être refait), et puis aussi le format même du film (carré) qui peut dérranger un peu au début et qui met en avant le travail même du réalisateur puisque c’est un détail qui n’échappe à personne… le choix de ce format traduit l’envie de faire différent et de surprendre, tout le film est une question de choix, le choix de ne pas tout dire, le choix de filmer autrement, le choix de faire participer le spectateur, le choix d’enfreindre les règles, à l’image de ces ados qui ont eux aussi fait un choix, celui d’exister via des moyens extrêmes… et moi ce film je l’ai aimé, mais ça j’ai pas eu le choix!

  • He bien trés chèrs je suis toute à fait d’accord avec vous et je n’ai rien a redire sur l’analyse cinématographique du film!Un petit plus de ma part, si vous voulez saisir pleinement le propos du film, mettez le en paralléle avec l’excellent documentaire de Mickael Moore, Bowling for Colombine et vous ressentirez alors toute l’horreur de cet événement!En en effet il faut savoir que le lycée de colombine avait des caméra de surveillance et que des extrait sont passés dans Bowling, qui rappelle notamment la scéne du film où l’un des deux "tireur d’élite" se retrouve à la cantine et tire sur son pote!A la différence que Moore prend parti contre la NRA alors qu’Elephant ne donne aucune morale!Enfin voilà, rien à redire, ni sur le film, ni sur le propos qui hélas l’a inspiré.

  • petit message pour dire que d’apres moi ce film est un vrai chef d’oeuvre… j’irai pas plus loin (sauf si on me le demande evidemment) beaucoup de choses ont ete dites

  • juste pour dire que je suis allé le voir hier, et ce film restera surement un moment dans ma mémoire, notamment certaines phrases, qui m’ont vraiment interpellé, comme "et toi tu t bien amusé?". voilà, sinon tout a déjà été dit sur ce film.

  • On dirait que pour l’instant ce film fait l’unanimité… Peut-on en déduire que la Palme d’Or est largement justifiée ?

  • Que dire, là aussi, je vous suis, c’est vraiment bien, même si on connait la fin, la réalisation est des mieux choisit.

    Ca fait froid dans le dos ce genre d’évenement, surtout lorsque on sait que c’est vrai….

    De quoi se demander à quoi les gens pensent… Le pire c’est que ça c’est reproduit encore il ya moins d’un mois…

    Ce que je ne comprend pas, c’est que le blondinet n’ait pas prévenu les flics directement, il n’avait pas de portable vu qu’au début il téléphone à son frère sur un téléphone public, mais bon il pouvait chercher une cabine… Enfin je trouve ça bizarre.

    Un film qui marque, palme ou pas palme, ça calme.

  • Festival de Cannes oblige on nous présente quelques films palmés, pour les malheureux qui ne serait pas allés les voir dans les salles obscures (je plaide coupable! J’ai beaucoup aimé le film, le concept des plans séquences, la manière assez sobre de filmer, les flash-back montrant la journée de lycéens ordinaires (comme nous l’avons été).
    Il est vrai que le film permet de se forger sa propre opinion, il ne diabolise pas les responsable du massacre. L’atmosphère est quand même assez pesante étant donné que les dés sont pipés et qu’on connaît d’emblée la fin, mais c’est un film à voir.

Commentaires