Los abrazos rotos / Almodóvar

La nueva peli de Almodóvar acaba de estrenar en el Festival de Cannes.
Una vez más el director manchego nos ofrece un guión estupendo.

A pesar de un arranque algo lento y con escacez de color (lo que contrasta radicalmente con la obras de la época "Movida" ), la historia resulta a la vez palpitante y dramática. Los ingredientes almodovarinos más destacables están presentes en la trama.
En efecto el personaje de Lena, magistralmente interpretado por Penélope Cruz, juega el papel de una actriz quién participa al rodaje de una película que todos los aficionados de Almodóvar podrán identificar sin duda ninguna yá que se trata de "Mujeres al borde de un ataque de nervios".

En resumidas cuentas, aunque este film no sea para nada la mejor obra de Pedro, podemos confesar que el estilo y la trama tienen seductores aspectos, desde las citas hasta la aparición de Chus Lampreave y Rossy de Palma.

Présenté hier soir au Festival de Cannes, et sorti en avant première dans un grand nombre de salles partout en France, le nouveau film d’Almodóvar, Les étreintes brisées, met à l’affiche Penélope Cruz, Blanca Portillo (qui avait joué dans Volver, Lluis Homar (Reinas), mais aussi Rossy de Palma et Chus Lampreave (qui jouaient toutes deux dans "Femmes au bord de la crise de nerfs" et "La fleur de mon secret" ).
Au programme, un début moins feutré et pop que d’habitude, un générique banal, bien loin des génériques graphiques des années 80/90.

C’est l’histoire d’un réalisateur aveugle (tout comme Woody Allen dans "Hollywood Ending" ) qui continue à faire des films… Peu à peu on découvre comment il est devenu aveugle. Son passé ressurgit et le film est alors lancé dans un flash-back sans fin qui nous ramène 20 ans plus tôt… à l’époque où il tournait un film où une femme se faisait larguer par son amant Yván et lui préparait du gaspacho aux somnifères… ce qui n’est rien de plus que le scénario de "Femmes au bord de la crise de nerfs".

C’est de loin le passage que j’ai préféré, ce remake du film phare d’Almodovar, cette mise en abyme ou intra-textualité, qui remet au goût du jour le scénario le plus déjanté d’Almodovar. Et Penélope Cruz dans le rôle qui a rendue célèbre Carmen Maura est absolument exquise.

Sachez d’ailleurs que "Femmes au bord de la crise de nerfs" va bientôt être adapté en série et peut-être même en comédie musicale à Broadway.

3 Responses to “Los abrazos rotos / Almodóvar

  • Ouééé une news cinoche, et avec une première partie imcompréhensible ouéé 😀

    Bon j’ai un peu compris, en tout cas j’aime le principe.

    Je n’étais pas au courant qu’on nouveau Almodovar voyait le jour. Ca me botte d’aller le voir par contre la sortie est maintenant ou c’est une sortie exclusive pour le festival de Cannes?

    Fallait bien que tu postes sur le festival quand même handbang

  • Le film est sorti ce mercredi et si vous avez la carte fidélité Pathé/Gaumont la place ne vous coutera que 3 euros pendant toute la durée du Festival (quelle que soit la séance, quel que soit le film).

  • Voilà je l’ai enfin vu, et en VOST.
    N’ayant pas vu tout les Almodovar (faut que je rattrape mon retard d’ailleurs), je n’ai pu voir les références que tu as souligné.

    Par contre j’ai bien apprécié ce film, l’histoire est sympathique quoi que prévisible. J’ai beaucoup aimé les prises de vues et les flash-backs. Par contre c’est loin d’être mon film préféré de Pedro, et je suis légèrement déçu de ne pas être tourmenté après l’avoir vu, contrairement à beaucoup d’autres qui ne m’ont pas fait ressortir en pleine forme pour la plupart. C’est ce que je préfère dans son cinéma, on entre voir un film et on en ressort avec le cerveau en ébullition!

Commentaires