Les promesses de l’ombre

Les promesses de l’ombre (Eastern Promises), film de David Cronenberg avec Viggo Mortensen, Naomi Watts et Vincent Cassel.

image

David Croneneberg, roi de l’épouvante et du frisson (sisi, La mOuche, c’était quand même flippant) repasse de nouveau derrière la caméra pour nous livrer une des ces histoires dont il a le secret et nous emmène cette fois çi dans les ruelles sombres des quartiers populaires de Londres…

Anna (Naomie Watts), jolie médecin londonienne, reçoit un jour aux urgences une jeune femme enceinte agonisante…la mère meurt, laissant derrrière elle un bébé sans nom et un journal intime rédigé en russe….piquée par la curiosité et son instinct maternel, elle ramène le journal intime chez elle, persuadée de pouvoir y trouver un indice sur l’identité du bébé. D’origine russe, elle confie le carnet à son oncle pour que celui ci le traduise. L’oncle, après avoir jeter un rapide coup d’oeil, refuse de dévoiler quoique ce soit….A partir d’une simple carte d’un restaurant russe, Anna va attérir, contre son gré, en plein coeur d’une des plus puissante famille de la mafia russe. Elle croise le chemin de Nikolaï, homme de main de la famille, apprenti mafioso au comportement douteux…

image

Autant vous prévenir, Les promesses de l’ombre est un film à déconseiller aux âmes sensibles. Parce que David Cronenberg ne nous épargne rien: violence, sexe, alcool, meurtres , tous les ingrédients du parfait mafioso sont réunis. On pourrait s’attendre à un énième film sur la mafia russe et pourtant…

La réussite du film (parce qu’on peut le dire, c’est vraiment un très bon film) repose principalement sur deux qualités: d’une part, on ne tombe pas à un seul moment dans le cliché type du film de gangsters. Le scénario ne repose pas sur l’histoire de la mafia russe exilée en Angleterre, mais sur le récit d’une jeune fille née dans un petit village russe venue à Londres pour y trouver une vie meilleure…sauf que tout ne se déroule pas comme elle l’avait prévu. Ensuite parce que les acteurs sont parfaits: Viggo Mortensen et Vincent Cassel ont fait l’effort d’apprendre le russe pour leurs rôles et on y croit, on y croit même à mort et on oublie qu’un jour, Viggo a incarné un gentil voyageur solitaire à la quête d’un anneau. Cronenberg su parfaitement rendre à l’écran l’histoire de ces personnages au passé douteux, au présent torturé et au futur plus qu’incertain….et lorsque la fin du film arrive, la chute est tellement inattendue qu’on a envie d’applaudir…

image

2 Responses to “Les promesses de l’ombre

Commentaires