L’édito Ciné: AVATAR

photo_news Avatar est LE phénomène 3D qui fait exploser le box-office. Sans doute ce film restera-t-il dans l’histoire du cinéma comme une révolution, un instant T marquant un tournant dans le septième art.

Mais Avatar est-il vraiment une révolution? Ou plutôt une simple évolution…. voire même un simple reflet d’une époque (la notre) bien plus qu’une avant-garde.

James Cameron ( Titanic), n’en est pas à son premier essai 3D. En effet, Les fantômes du Titanic tourné en 2001 était déjà en relief, mais n’avait guère été diffusé faute de salles adaptées. Ce docu avait été pendant de longs mois le film événement de l’IMAX 3D de Barcelone (l’un des premiers et plus grands écrans du genre au monde).

La 3D se démocratise, mais ce n’est pas quelque chose de nouveau. Avatar marque les esprits par sa technicité, les spectateurs sont éblouis, ébahis, mais au fond il ne s’agit là que d’un procédé déjà vieux de quelques années. Ce n’est donc pas sur ce point que l’on pourra dire de ce film qu’il révolutionne un genre.

Ensuite, attardons nous sur l’histoire elle même. Un film futuriste? Oui, l’histoire se déroule dans le futur. Une science-fiction? Oui, l’univers spatio-temporel dans lequel évoluent les personnages n’a rien à voir avec notre monde actuel.

Mais la thématique, les préoccupations, le message… la MORALE du film…. tout cela reste quand même très contemporain.

A mon sens Avatar reste un film de son époque. Et c’est ce pourquoi c’est un bon film.

Qu’est-ce qu’un bon film? Est-ce vraiment si subjectif à définir? Je ne le pense pas!
Un bon film reprend les codes du passé, les préoccupations du présent et les visions du futur.

Dans Avatar tout un tas d’allusions à d’autres films montre que le référentiel cinématographique de James Cameron est vaste, riche, et habilement réutilisé. De Pocahontas à Star Wars, en passant par X-Men et 1492 et j’en passe, les classiques sont à l’honneur dans ce film. Rien de nouveau de ce côté là non plus.

Alors pourquoi cet engouement?
Cameron est un alchimiste, il a réussi à réunir dans un film tout ce qui intéresse le spectateur d’aujourd’hui. Il reprend au cinéma les procédés littéraires de la citation, de l’intertextualité, de la métaphore… et surtout le procédé plus théâtral de la répétition. Avec Avatar rien n’est inventé, tout est repris et actualisé.

Voilà les raisons qui en font le film de la décennie passée et sans doute de celle entamée en ce premier janvier 2010! Mais en aucun cas une révolution cinématographique.

C’est l’occasion pour moi de vous souhaiter à tous une merveilleuse année…

Modifiée par DadKool


6 Responses to “L’édito Ciné: AVATAR

  • egas_gravus
    8 années ago

    Le coté domotique symbiosé végétal… est un peu gros voire surfait…. certe c’est par des minis sequences … mais au final il y en a trop… ca donne une pointure ecologique formaté a nos années… je pense que le film y perd en qualité… surtout que le genre est bien Science Fiction ! dans Abyss c’etait la même chose.

    il aurait du prendre le même thème (l’écologie) mais en l’abordant dans un sens novateur différent, surprenant ! car au final cameron nous surprends avec un films d’une telle classe, mais pas sur le fond qui est le plus chers a cameron, qui n’est que de la repetition.

    m’enfin j’ai beaucoup aimé ! vu en 2D (normal quoi) les avis de mon entourage concernant la 3D c’est : déçu…

    Allez le voir et au cinéma ! car même en 2D c’est pas votre ecran 40 ou 50" qui égalera une toile de cinéma !

  • Salut,
    Je suis allé voir ce film en 3D Mercredi dernier. Sur le plan technique a part 5 ou 6 moment ou on a une impression réelle de relief, c’est plutôt la pub Haribo juste avant qui m’aura impressionné. La technologie je l’avais vu 15 ans plus tôt quand je suis allé au futuroscope, et comme l’écran était de type sphère creuse, c’était bien plus impressionnant: Voyant une goute d’eau (énorme goute d’eau!) nous tomber dessus, instinctivement je me suis protégé de mes bras. Pareil en voyant les requin foncer sur le public.
    Sur le plan de l’histoire et des thèmes abordés, je suis tout à fait d’accord avec la critique. Des moyens ont été mis en ½uvre pour ce film (que ce soit technique, financier ou marketing), la thématique est actuelle (autoflagélation de l’espèce humaine, et culpabilisation, tapage sur les gros actionnaires qui ne voient leur intérêt que dans le profit).
    Finalement j’oserai comparer ce film au théâtre antique romain, qui reprenait des thèmes populaires, tout en utilisant les Deus Ex Machinae.
    Enfin, le film m’a vraiment plu, c’est la seconde fois en quelque mois que je sors satisfait d’une sale de Cinéma. La première c’était pour District 9.

  • Et bien je l’ai vu hier soir en 2D à Manosque.
    En fait après les bandes annonces vues lors de mes dernières séances de ciné, j’avais dit: je n’irai pas voir ce film. Puis les personnes qui m’en ont parlé l’ont tellement bien vendu que ça m’a convaincue!

    Ben voilà je n’ai pas aimé plus que ça! Je ne dis pas que j’ai détesté car j’ai passé un bon moment quand même. Avec Tybo on s’est bien marrés, même si ce n’est pas un film comique à la base.
    Je sais que James Cameron a passé beaucoup de temps à travailler sur ce long métrage. Je trouve d’ailleurs la flore de Pandora vraiment très belle, surtout la nuit. Autrement l’acteur principal Sam Worthington est vraiment très charmant et joue pas mal. Les autres acteurs jouent plutôt bien, notamment Sigourney Weaver, dans le rôle de Grace Augustine la fervente défenseur des Na’vi, et Stephen Lang, dans le rôle de l’abominable colonel Miles Quaritch.
    Et en dehors de ces trois choses, le film n’est pas extraordinaire. Et l’histoire est même très bof!
    Ha oui: si en 2154 (et même avant!) les médecins pouvaient réparer les moelles épinières comme dans le film ce serait vraiment génial!

  • Haha donc moi aussi je l’ai vu. Si je devais lui donner une note, ça serait 8/20. Comme l’a dit Zia, c’est assez marrant parfois, enfin certaines scènes sont ridicules du coup on en rigole, genre lors de prières ou avec leur queue de cheval.

    J’ai trouvé aussi les décors magnifiques, ça il n’y a rien à redire dessus, le jeu d’acteur également est bon. Par contre vraiment aucun suspens, on croirait presque que les Na’vi sont en fait les étatsuniens et donc qu’ils doivent forcement gagner à la fin. L’histoire aurait pu être beaucoup plus sympa je pense, il n’y a qu’a voir l’imagination des scénaristes pour les séries en ce moment. J’ai du mal à comprendre que le scénario du film le plus cher de l’histoire (300M) n’en profite pas pour avoir un bon scénard en plus du reste. C’est bien dommage.

    Ce qui m’a déplu également c’est le peu d’imagination au niveau des bestioles en tout genre. On retrouve tout le temps d’énormes similitudes avec ce qui existe sur terre ou tiré d’autres sujets de science-fiction. Par exemple les sorte de dragons, les chevaux à six pattes, les chiens ou encore le mélange de dinosaure/rinocéros. C’est pas assez poussé et c’est dommage pour un film qui devait être un must have.

    On passe quand même un bon moment même si 2H41 c’est assez long (Cameron est un habitué avec Titanic). Je pense que c’est à voir pour la prouesse technique, et seulement ça, et surtout en 3D, ce qui n’a pas été le cas lors de notre séance.

  • Queue de cheval, queue de cheval, moué petit cheval!

    Puis oué les Na’vi ils ont deux yeux, un nez, une bouche et tout presque pareil que les humains quoi. Ils se roulent des palauds et font l’amour comme les Hommes, pas d’imagination là-dessus aussi c’est clair!

  • Pour compléter, si vous désirez savoir comment marche la reproduction chez les Na’vi:
    c’est par ici.

Commentaires