It’s a free world…

Dernier film de Ken Loach, It’s a free wordl… avec Kierston Wareing, Juliet Ellis, Leslaw Zurek.

image

Le pitch: Angie (Kierston Wareing) vient de se faire virer de sa boite d’intérim…Furieuse de se faire arnaquer pour la énième fois par des patrons peu scrupuleux, elle décide de monter sa propre boite d’interim, aidée de sa colocataire Rose (Juliet Ellis). Installé dans l’arrière salle du bar en bas de chez Elle, Angie and Rose Recrutment fournie tous les jours à une bande de travailleurs immigrés des petits boulots payés au jour, à la semaine voire parfois au mois pour les plus chanceux….Seulement l’humain reste humain, et portée par ses propres désirs, Angie va vite déraper vers un point sans retour…

Attention, pas de surprise, c’est du Ken Loach ( Sweet sixteen, Le vent se lève, palme d’or de Cannes). On est pas ici pour parler des fleurs au printemps ni de la beauté de leur amour que rien ne pouvait détruire….Avec Ken Loach, c’est toujours très dur et ça fini rarement bien. Après avoir brillament reconstituer l’Irlande de la guerre, Ken Loach nous emporte dans les bas fond de Londres, où les immigrés et clandestins se battent au jour le jour pour tenter de survivre et d’échapper à l’exlusion. Insécurité, emploi, pauvreté, Ken Loach repasse tout en détail, rien n’est laissé de côté, et surtout pas la pudeur des images. Donc âmes sensibles s’abstenir (pour ceux là, ils jouent toujours Il était une fois). A voir en VO bien évidemment, car rien ne peut mieux rendre l’atmosphère lourde du pauvre Nord de l’Angletterre que l’accent de ses propres habitants.

Côté paillette, ce film qui ne compte au casting aucun acteur de connu, a obtenu le prix du meilleur scénario à la 64ième Mostra de Venise.

Bande annonce (pour apprécier la VO)

Commentaires