Good night, and Good luck

Quand le plus beau mec que l’Amérique ait porté se met derrrière la caméra, cela donne un grand film.

Good Night and good luck retrace "l’histoire vraie" du journaliste Edward R. Murrow, présentateur vedette à la CBS, qui décide un jour de mettre les pieds dans le plats et de dénoncer ouvertement les pratiques très contreversées du sénateur Mac Carthy. Nous sommes en plein dans les Etats Unis des années cinquante, et pour vous la faire courte (mais pour ceux qui ont du temps, allez donc jetez un coup d’oeil à ceci Maccarthysme ), certains "bons et loyaux" américains décident de "bouter hors du pays" tous ceux jugés comme dangereux pour la sécurité de l’état. Commence alors ce que l’on a appellera la chasse aux sorcières , les sorcières désignant (entre autres) les communistes (espèce actuellement en voie de disparition)!

Le génie du réalisateur(à savoir George Clooney) a été de méler subtilement fiction et réalité, d’où le parti pris de filmer en noir et blanc (par contre carton rouge à la société chargée des sous titres, parce que dans ce cas là, même si c’est pas esthétique, ont les mets en jaune, pas en blanc…). Aux parties "fictives" du film se mélent de vrais images d’archives provenant des discours prononcés par Mac Carthy, ainsi que des extrais des procés tenus contre les présupposés espions communistes. Ainsi, lors du passage où MacCarthy est censé répondre au journaliste, ce sont les véritables images de Mac Carthy de l’émission de l’époque, mélée au tournage actuel où le faux Ed Murrow (mais très talentueux David Strathairn, peu connu du cinéma mais beaucoup plus du thèatre). C’est ce qui avait déjà été fait sur Bloody Sunday (Paul Greengras, 2002). Et c’est ce qui fait que la limite entre docu et fiction est tellement floue, que l’on fini par rentrer complétement dans l’histoire.

Mais ce qui fait aussi de ce film un bon film, c’est que l’on est loin, très loin des autres reconstitutions cinématographiques du moment (The Aviator) grâce à la mise en scène adoptée. Les nombreux plans rapprochés du journaliste lors des ses allocutions ne font qu’augmenter un peu plus la sensation de pression et d’angoisse qu’il a pû regner dans les studios de la CBS à l’époque.D’ailleurs, le tournage a eu lieu uniquement dans les studios actuels de la CBS (mis à part deux scènes secondaires dans une chambre). Tout cela servi par une BO très jazzy à vous donner des frissons dans le dos (dont vous pouvez entendre un extrait sur le site du film Site du film).

Je n’ai qu’une chose à dire…Good Night and Good Luck…( je sais, elle étais facile!!)

2 Responses to “Good night, and Good luck

Commentaires