Before night falls

Réalisé en 2000, ce film est l’adaptation de l’autobiographie de l’écrivain cubain Reinaldo Arenas (1943-1990).

A l’affiche, des grands accteurs tels que Javier Bardem (dans le rôle de Reinaldo Arenas), Johnny Depp, Olivier Martinez, Sean Penn ou encore l’actrice espagnole Najwa Nimri (Ouvre les yeux).

C’est donc un film dramatique qui relate la vie d’un célèbre écrivain, de son enfance dans la province d’Oriente jusqu’à sa mort à New York.
Jeune et enthousiaste, Reinaldo sera, comme une grande partie du peuple cubain, emballé par la révolution castriste de 1959. Mais après l’euphorie… les deceptions viennent entacher ce merveilleux avenir tant attendu.

Son comportement ouvertement gay est une manifeste affront au régime, et avec ses écrits provocateurs, il sera très vite emprisonné.

Depuis la prison il enverra clandestinement des manuscrits qui seront publiés à l’étranger.

Victime de la répression, il finira ses jours en exil à New York dans la misère… malade… mais libre !

L’adaptation n’est pas tout à fait fidèle au livre, et reste même très incomplète. Reinaldo Arenas a été l’un des plus grands écrivains anti-castrriste. Ses livres publiés en France on remporté un franc succès et l’un de ses romans a même obtenu le prix du meilleur roman étranger.
Par ailleurs, dans le film, il finit ses jours auprès de Lazaro Gomez Carriles, alors que dans la réalité il était seul et s’est suicidé.

Dans son autobiographie, la dernière page est une lettre d’adieu où il remercie tous ceux qui l’ont aidé et exorte le peuple cubain à se libérer.

Beaucoup de détails du livre, absents dans le film, méritent que l’on s’y intéresse. On y apprend qu’il a cotoyé les dirigeants cubains, les plus grands écrivains de son époque…. nous en délivre les traits de caractère de chacun. Il nous explique par ailleurs l’évolution de l’écriture à Cuba. Dénonce ceux qui au nom de leur liberté personnelle se sont convertis au castrisme, négligeant par conséquent leur littérature (ex: Nicolas Guillén)… Il nous relate également ses rencontres à l’étranger comme avec Carlos Fuentes, un écrivain dont l’assurance et l’antipathie l’a éffrayé…Il nous raconte également sont passage dans l’émission "Apostrophes" malgré son état de santé dégradé.

Bref, un livre et un film bouleversants…

3 Responses to “Before night falls

  • HOHOHOHOHO

    Ca a l’air trés interessant. il y a eu un reportage a propos de ce "meme" sujet sur la F5. Il y a 1 mois je crois 🙂 (pas sur)

    Ps : je connais une carine fuentes… peu de la meme famille 🙂 😉

  • Il manque des mots dans tes phrases DM 🙂 C’est du à comprendre, je sais je me repete mais bon… Et j’ai pas compris non plus, à propos de quel sujet?

    Sinon ca a l’air plus qu’interessant, c’est toujours très instructif de voir l’évolution d’une personne dans une vie totalement différente de la notre, et surtout qd il s’agit de dictature…;

    Je le regarderai et j’essayerai de me procurer le livre, c’est en général toujours beaucoup plus prénant un livre qu’une adaptation sur le grand écran..

  • HOHOHOHOHOH

    Bas le sujet du film que tu as si bien résumé!!ca parait evidents!
    Il manque des mots…ouai :
    Ps : je connais une carine fuentes… peu ETRE est elle de la meme famille? 🙂

    Mais ct une pensée, j’ai validé sans l’avoir effacé.
    Par contre la prochaine fois…compte sur moi baby !

Commentaires